Logos Nouvelle-Aquitaine et Europe

Une initiative de la Région Nouvelle-Aquitaine et de l'Union Européenne

Retour Actualités

Les déperditions énergétiques

L’isolation contre les déperditions énergétiques : la clé de la rénovation

 

Les déperditions énergétiques de votre logement sont également des déperditions économiques. Pour preuve, ce schéma montre parfaitement les pertes de chaleur d’une maison mal isolée. Voici quelques conseils et informations pour bien penser ses travaux.

Les combles et la toiture

La plus grande déperdition s’effectue par le toit (de 25 à 30% de pertes), d’où l’importance de faire isoler ses combles correctement. Différents matériaux (laine de verre, posée ou pulsée, laine de bois, laine de roche, chanvre, ouate de cellulose, textile recyclé, laine de mouton…) et diverses techniques d’isolation existent, vous laissant un large choix et s’adaptant ainsi aux besoins spécifiques de votre logement.

Les murs et parois

Les murs représentent entre 20 et 25% des déperditions énergétiques d’une maison. Pour pallier ce phénomène, il existe deux techniques d’isolation : par l’intérieur ou par l’extérieur.

L’isolation par l’extérieur permet de traiter un grand nombre de ponts thermiques et limite les effets de condensation. De plus, elle permet de conserver l’inertie thermique des murs et la surface habitable de votre logement n’est pas modifiée. Le coût de la mise en œuvre de cette opération s’avère souvent élevés car il faut en parallèle changer les seuils de fenêtre, intégrer les descentes de gouttières. Il faut également faire une déclaration préalable de travaux ou obtenir un permis de construire.

Cette opération nécessite également un traitement des ponts thermiques inhérents à cette technique d’isolation (encadrement de baies, planchers hauts, balcons, escaliers extérieurs, etc.)

L’isolation intérieure quant à elle ne modifie pas l’aspect extérieur de votre logement et peut être mise en œuvre pour un prix relativement peu élevé. En revanche elle modifie la surface habitable et peut être contraignante (gêne pour l’ouverture des fenêtres, prises électriques à réorganiser…). Pour limiter les ponts thermiques liés à cette technique il faut également penser au retour d’isolant, une solution permettant de limiter cet effet. 

 

déperditions énergétiques d'une maison

Source : ADEME

Les fenêtres

Ce poste, même s’il est considéré comme important, n’est pas le principal pour lequel il faut engager des travaux. Si les fenêtres sont responsables de 10 à 15% de perte de chaleur, leur changement doit s’opérer avec des travaux d’isolation afin d’être réellement pertinent. De nombreuses solutions existent aujourd’hui pour des ouvertures performantes, d’autant que celles-ci sont soumises au Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique, aide de travaux énergétiques qui permet au plus grand nombre de réaliser ces travaux. 

Les planchers

Là aussi différentes solutions existent pour isoler ses planchers : par le bas, par le haut ou entre les éléments de structure du plancher. Pour choisir la meilleure solution d’isolation en fonction de vos contraintes, il faut tenir compte de la hauteur entre le plancher et le plafond et de l’accessibilité (par exemple, un vide sanitaire de 30 cm de haut ne sera pas accessible).

Lors de cette opération, il faut être vigilant afin d’éviter les ponts thermiques : pensez à (faire) poser vos panneaux isolants de façon continue et appliqués contre le plancher et isoler les murs d’angles ainsi que les appuis du plancher.

“Pour rénover : isoler, c'est souvent la clé !”
Contacter un conseiller