Réduire les déperditions thermiques chez soi

Découvrez nos conseils pour éviter les déperditions énergétiques dans votre logement et quels travaux sont efficaces pour remédier aux pertes de chaleur.

L'isolation contre les déperditions thermiques : la clé de la rénovation

Déperditions énergétiques d'une maison

Déperdition thermique : causes et conséquences

Les déperditions thermiques représentent les pertes de chaleur dans votre maison, ou d’un bâtiment en général. Ce sont également des déperditions économiques. Pour preuve, ce schéma montre parfaitement les pertes de chaleur d’une maison mal isolée. Ainsi, en construction comme en rénovation, une bonne isolation est la clé pour vaincre les déperditions d’énergie. Voici quelques conseils et informations pour bien penser ses travaux.

Les causes

Le plus souvent, les déperditions thermiques sont dûes à une mauvaise isolation de l’habitat. Parmi les nombreuses sources de pertes de chaleur, les plus importantes sont le toit et les murs. La ventilation peut aussi être la cause de déperditions thermiques.

Avant de se lancer dans des travaux de rénovation énergétique, il est indispensable d’identifier les faiblesses de votre maison pour connaitre la performance énergétique de votre logement et estimer ces pertes. Le moyen le plus efficace de connaître ces informations est de réaliser le bilan thermique de votre maison, par exemple.

Chez Artéé, nos spécialistes techniques viennent sur place, réaliser un audit énergétique et vous conseiller sur les travaux à effectuer.

Les conséquences

La principale conséquence des déperditions thermiques se ressent sur votre consommation de chauffage. La perte de chaleur dans votre maison engendre une surconsommation d’énergie.

Ainsi, évaluer puis corriger les déperditions de chaleur de votre logement vous permettra de faire baisser votre facture énergétique et de faire des économies. De plus, selon les travaux effectués vous pouvez être éligible à certaines aides. Par ailleurs, une mauvaise isolation a aussi un impact sur votre confort : sensations d’air frais, de courant d’air, différence de température d’une pièce à l’autre… Il est donc nécessaire de remédier à cela !

Enfin, il y a un enjeu environnemental. En isolant et en chauffant mieux votre maison, vous consommerez moins et réduirez les émissions de gaz à effet de serres.

En savoir plus sur les déperditions de ma maison

Pour en savoir plus sur les déperditions réelles de votre logement, quoi de plus efficace qu'un audit énergétique ?

Déperdition thermique : quelles solutions ?

La plus grande déperdition s’effectue par le toit (de 25 à 30% de pertes), d’où l’importance de faire isoler ses combles correctement. En effet, l’été la température sous la toiture peut dépasser les 70°C et l’hiver la chaleur, produite par vos appareils de chauffage, s’échappe par cette partie de votre habitation. Différents matériaux (laine de verre, posée ou pulsée, laine de bois, laine de roche, chanvre, ouate de cellulose, textile recyclé, laine de mouton…) et diverses techniques d’isolation existent, vous laissant un large choix et s’adaptant ainsi aux besoins spécifiques de votre logement.

En savoir plus sur l’isolation des combles

Les murs représentent entre 20 et 25% des déperditions énergétiques d’une maison. Pour pallier ce phénomène, il existe deux techniques d’isolation : par l’intérieur ou par l’extérieur. L’isolation par l’extérieur permet de traiter un grand nombre de ponts thermiques, limite les effets de condensation ou la stagnation de la vapeur d’eau sur une paroi. De plus, elle permet de conserver l’inertie thermique des murs et la surface habitable de votre logement n’est pas modifiée. Le coût de la mise en œuvre de cette opération s’avère souvent élevés. Il faut également faire une déclaration préalable de travaux ou obtenir un permis de construire. L’isolation intérieure quant à elle ne modifie pas l’aspect extérieur de votre logement et peut être mise en œuvre pour un prix relativement peu élevé. En revanche, elle modifie la surface habitable et peut être contraignante (gêne pour l’ouverture des fenêtres, prises électriques à réorganiser…).

En savoir plus sur l’isolation des murs

Ce poste, même s’il est considéré comme important, n’est pas considéré directement comme un poste d’isolation. Si les fenêtres sont responsables de 10 à 15% des pertes de chaleur, leur changement doit s’opérer avec des travaux d’isolation des murs, des combles et/ou des planchers afin d’être réellement pertinents. De nombreuses solutions existent aujourd’hui pour des ouvertures performantes, d’autant que celles-ci sont soumises au Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique, aide aux travaux énergétiques qui permet au plus grand nombre d’effectuer ce changement.

En savoir plus sur l’isolation des fenêtres

L’isolation thermique du sol, ça existe !  D’après l’ADEME, le plancher serait responsable de près de 7 à 10% des déperditions de chaleur d’un logement. Là aussi différentes solutions existent pour isoler ses planchers : par le bas, par le haut ou entre les éléments de structure du plancher. Pour choisir la meilleure solution d’isolation en fonction de vos contraintes, il faut tenir compte de la hauteur entre le plancher et le plafond et de l’accessibilité (par exemple, un vide sanitaire de 30 cm de haut ne sera pas accessible). Lors de cette opération, il faut être vigilant afin d’éviter les ponts thermiques : pensez à (faire) poser vos panneaux isolants de façon continue et appliqués contre le plancher et isoler les murs d’angles ainsi que les appuis du plancher.

Et si vous faisiez appel à un expert en rénovation ?

Contactez-nous pour échanger sur votre projet

Calculez votre prime énergie en quelques clics

Contacter un conseiller