Chantier Artéé Anne-Marie
Argentonnay (79)

Anne-Marie

Anne-Marie, infirmière en retraite de 68 ans, rêvait depuis longtemps d’une maison écologique. Militante engagée de longue date dans des actions en faveur de l’environnement, elle avait des exigences en termes de rénovation énergétique. Les travaux qu’elle a entrepris à Argentonnay (79) vont dans ce sens, elle bénéficie du tiers financement d’ARTÉÉ.

Anne-Marie, infirmière en retraite de 68 ans, rêvait depuis longtemps d’une maison écologique. Militante engagée de longue date dans des actions en faveur de l’environnement, elle avait des exigences en termes de rénovation énergétique. Les travaux qu’elle a entrepris à Argentonnay (79) vont dans ce sens. Elle bénéficie du tiers financement d’ARTÉÉ.

Anne-Marie vivait dans une location de la commune. Elle souhaitait devenir propriétaire. Elle fait l’acquisition d’une propriété vétuste en centre bourg comprenant une maison d’habitation, un jardin et des dépendances. D’abord intéressée pour rénover les dépendances, de dimensions modestes adaptées à ses besoins de femme seule, elle a dû reconsidérer son projet du fait de difficultés de voisinage. En reportant ses choix sur la maison plus grande, elle a fait face à un besoin en financement plus important.

Profiter des retours d’expérience

La maison était inhabitée depuis 2006. Aucune isolation, électricité et évacuations à refaire, une cuisinière à bois pour seul chauffage, le projet de rénovation était global. « Je me suis mise à faire des plans car, avant d’être infirmière, j’ai travaillé dans le domaine de l’industrie » raconte Anne-Marie. Elle a observé et pris conseil. « Je me suis rapprochée d’artisans engagés dans une démarche écologique. Je suis allée voir les travaux réalisés chez d’autres personnes notamment dans le cadre de l’opération « l’hiver des énergies » grâce à l’association « On loge à pied ». J’avais besoin de concret. » Ces observations l’ont notamment inspirée pour créer de nouvelles ouvertures au sud et orienter son plan, aidée d’un dessinateur, pour profiter des avantages d’une architecture bioclimatique.

Trouver des solutions de financement

Avant d’entamer ses travaux de rénovation, Anne-Marie a dû entreprendre des travaux de démolition qui n’étaient pas prévus dans les devis. Impliquée dans de nombreuses associations, elle a alors apprécié « l’entraide extraordinaire » qui s’est mise en place de la part d’amis, de la famille et de bénévoles associatifs.
Anne-Marie a dû finaliser son montage financier alors qu’intervenait le changement de région et que des aides étaient provisoirement suspendues. Accompagnée par l’Agglomération du Bocage Bressuirais, elle a par la suite pu bénéficier de l’éco-prêt pour le montant maximum de 30 000 € et a réussi à obtenir le complément de financement d’une banque. Des financements toutefois insuffisants pour boucler le projet. C’est alors qu’Anne-Marie découvre fortuitement un document présentant le dispositif d’ARTÉÉ. L’agence lui propose des travaux énergétiques complémentaires et le tiers-financement pour les réaliser. C’est ainsi, qu’en plus des travaux de gros œuvre et de l’adjonction d’une ossature bois, toutes les huisseries ont été posées, des travaux d’isolation entrepris et qu’un poêle à pellets sera prochainement installé.
Pour l’isolation des murs, des plafonds et du plancher sur passage du porche, les artisans lui ont notamment conseillé une isolation en ouate de cellulose avec une finition en enduit d’argile pour les murs. Pour le sol du rez de chaussée, ils lui proposent un mélange chaux-liège sur le sol en terre avant la pose d’un carrelage en terre cuite. Pour ne plus avoir à payer son loyer, Anne- Marie a emménagé avant la fin des travaux « ça ne me gêne pas. » Elle préfère se concentrer sur les aspects positifs : des matériaux respectueux de l’environnement et des artisans engagés dans une démarche qui est aussi la sienne.

 

“J'ai pris contact avec Artéé et je me suis entendue dire : si c'est possible !”
Contacter un conseiller